L’ethereum, la cryptomonnaie qui pourrait bien supplanter le bitcoin

Souvent, cryptomonnaie est synonyme de bitcoin. Pourtant, une autre monnaie virtuelle décentralisée attire de plus en plus les investisseurs : l’ethereum. Elle aussi a été rendue responsable d’une pénurie de cartes graphiques ces derniers mois.

iStock-902191738.jpg
(crédit : iStock – KeremYucel)

Chez les amateurs de cryptomonnaies, les débats pour savoir quel est le meilleur investissement du moment sont interminables. Et les positions de chacun évoluent aussi vite que le cours des cryptodevises : bitcoin, dash, monero, ripple et ethereum. Cette dernière monnaie virtuelle représenterait néanmoins le meilleur choix actuellement, selon les conclusions d’un groupe d’experts citées par le cabinet new-yorkais Foley & Lardner.

Après avoir interrogé un panel d’investisseurs, de spécialistes et de mineurs de cryptomonnaies, cette firme arrive en effet à la conclusion que l’ethereum représenterait actuellement la meilleure opportunité d’investissement. Ce sont 38 % des sondés qui qualifient ainsi l’ethereum, alors qu’ils sont 35 % à lui préférer le bitcoin. Ledit bitcoin, après avoir frôlé les 20 000 $ en fin d’année dernière, voit son cours fluctuer actuellement autour des 6 600 $. Les autres cryptomonnaies attirent beaucoup moins les investisseurs. Ils ne sont que 5 % à préférer le ripple, 2 % à opter pour le dash et 2 % également à choisir le monero.

Environ un an après son décollage, le cours de l’ethereum a dépassé les 1 150 €, alors que le bitcoin flambait lui aussi. Ces dernières semaines, son cours tend à se stabiliser entre 350 et 400 €.

Sergey Brin, le fondateur de Google, ne s’y trompe visiblement pas. Il a expliqué dans le cadre d’une conférence dédiée à la blockchain organisée au Maroc par Richard Branson, le patron de Virgin, s’être pour la première fois intéressé à la technologie de la blockchain lorsque son fils a décidé de s’équiper d’un PC dédié à la pratique du jeu vidéo. « Il y a un an ou deux, mon fils voulait un PC pour jouer. Je lui ai dit, d’accord, mais si tu as un PC de jeu, nous devons miner des cryptomonnaies. Nous avons alors monter un mineur d’ethereum, qui nous a permis de gagner quelques centimes, et quelques dollars depuis« , a-t-il déclaré.

Sergey Brin, qui officie aujourd’hui en tant que président d’Alphabet Inc., la holding de Google, a surtout reconnu que la multinationale avait sans doute mis trop longtemps à s’intéresser sérieusement à la blockchain. « Google a déjà échoué pour être à la pointe, il est trop tard« , admet-il. Reconnaissant ne pas être un expert du domaine, il considère malgré tout le potentiel des cryptomonnaies comme étant « extraordinaire« .

Source : www.lesnumeriques.com
%d blogueurs aiment cette page :