Comment calculer la valeur d’une cryptomonnaie ?

Ratios, buzz, usages… Plusieurs analystes réfléchissent aux meilleures techniques pour calculer la valorisation du bitcoin et des autres devises chiffrées.

C’est « La » question à 1 million de dollars ou 131 bitcoins… Du petit porteur à l’investisseur chevronné,  tout le monde cherche la solution,la méthode qui permet de calculer la « vraie » valeur d’une cryptomonnaie pour acheter et la vendre au meilleur prix. Pour l’instant, en vain.

Mais les choses avancent. Plusieurs analystes et spécialistes des cryptomonnaies travaillent depuis des mois sur des modèles qui pourraient permettre de « valoriser »  le bitcoin ou l’ether, comme on valorise aujourd’hui les autres actifs financiers. Petit tour d’horizon des techniques déjà utilisées.

Le ratio « NVT »

C’est la méthode d’analyse la plus développée, l’équivalent de celle utilisée pour les actions, qui sont valorisées grâce au rapport prix/bénéfice (price/earning). Ce ratio permet de savoir combien les investisseurs sont prêts à payer une action pour chaque dollar de bénéfice. Un ratio prix/bénéfice élevé signifie que le marché et les investisseurs s’attendent à une forte croissance de la valeur de l’action et du dividende. Et réciproquement.

L’équivalent de ce ratio pour les cryptomonnaies est le ratio « valeur réseau/transactions » ou « NVT » (Network value to transactions), c’est-à-dire le rapport entre la valeur de la cryptomonnaie échangée et le développement de son réseau. Ce modèle a été popularisé ces derniers mois par Willy Woo, un analyste spécialisé dans les cryptomonnaies, qui a même lancé un tracker sur ce ratio.

Grâce à ce tracker sur le ratio « NVT » du bitcoin, Willy Woo a réussi à modéliser la valeur du bitcoin et surtout à anticiper ses variations à la hausse et à la baisse en fonction des échanges et du développement de son réseau.

L’effet de « réseau »

C’est une autre méthode de calcul basée sur le rapport entre le nombre d’utilisateurs d’une cryptomonnaie et les volumes de transactions par utilisateur. Ce rapport est calculé grâce à la loi de Metcalfe, qui tend à démontrer que plus il y a d’utilisateurs dans un réseau, plus ce réseau aura de la valeur.

Appliquée aux cryptomonnaies, cette loi permet de faire des projections sur l’évolution de la valeur du bitcoin, de l’ether ou du ripple. Fin 2017, le nombre d’investisseurs dans le bitcoin n’a cessé d’augmenter. Au même moment, la valeur de la cryptomonnaie a grimpé, atteignant presque les 20.000 dollars (17.134 euros).

Le facteur « buzz »

C’est l’analyse un peu contre intuitive. Alors que l’on pense que la valeur d’une cryptomonnaie progresse à mesure que l’on parle d’elle, notamment sur Telegram ou sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook…), c’est en réalité l’inverse, comme l’ont montré deux chercheurs canadiens, Sha Wang et Jean-Philippe Vergne.

Selon eux, la hausse de la popularité d’une cryptomonnaie est souvent synonyme de hacking ou de cyberattaques. Une cryptomonnaie très populaire ne l’est donc pas forcément pour de bonnes raisons.

Blanchiment d’argent

C’est la dernière analyse et peut-être la plus compliquée à utiliser. Cette analyse est fondée sur le rapport entre le cours du bitcoin et le niveau de blanchiment d’argent au niveau… mondial.

Selon les analystes qui se servent de cette méthode, plus il y a d’argent blanchi et plus la valeur du bitcoin a tendance à s’apprécier, et ce pour une raison simple : les criminels cherchent une valeur sécurisée et totalement décentralisée.

Source: https://www.lesechos.fr/

%d blogueurs aiment cette page :